Sheshatshiu-atanukana mak tipatshimuna
Mythes et récits innus du Labrador

Biographies des conteurs

(n.b. Tous les conteurs dont proviennent ces textes sont aujourd’hui décédés.)

 

ETUAT RICH

Une partie considérable des quelque 125 récits enregistrés á Sheshatshiu en 1967 a été racontée par Etuat Rich, le père du regretté Matiu Rich qui servit de guide, d’interprète et de traducteur aux deux collectionneurs. Alors, agé de 55 ans, Etuat Rich était originaire de la région de Davis Inlet, dans le nord-est du Labrador ou les Innus côtoyaient les Inuit. Dans sa jeunesse, il avait vécu dans une famille inuite de Hopedale et avait par la suite sillonné la Péninsule entre Davis Inlet et Uashat sur la côte du Saint-Laurent ou il avait trouvé une femme á épouser. Quelques années après son mariage, le couple était allé s’établir á Sheshatsh

De 1948 á 1973, Etuat Rich travailla comme concierge á la base militaire de Goose Bay, ce qui explique qu’il était un des rares Innus de sa génération á parler anglais. Durant toutes ces années sa famille était installée á Happy Valley, au bord de la rivière Churchill, mais á l’été 1967, il se trouvait en visite á Sheshatshiu. C’est lá que son fils Matiu lui présenta ses amis venus de Montréal et que se déroulèrent les séances d’enregistrement. En dépit du fait qu’il ne menait alors plus la vie nomade des Innus, Etuat Rich possédait un vaste répertoire de récits traditionnels qu’il se plaisait á raconter avec le talent d’un comédien.

ISHPASHTIEN NUNA

Ishpashtien Nuna, qui avait 58 ans en 1967, avait passé la plus grande partie de sa vie á circuler par la rivière Moisie entre le haut-plateau des environs de Schefferville et le poste de traite de Uashat. On le connait d’ailleurs lá-bas sous le nom de Sébastien Laurent.

Au printemps 1940, il avait changé de territoire et s’était rallié au poste de traite de Sheshatshiu. Il était déjá marié et avait deux enfants. À l’époque ou il livra une douzaine de récits aux deux étudiants francophones, Ishpashtien Nuna avait conservé le français qu’il avait appris dans la région du Golfe, bien qu’alors il vivait au Labrador depuis presque 30 ans.

TANIEN PONE

Agé de 45 ans en 1967, Tanien Pone avait passé toute sa vie á Sheshatshiu mais il avait de nombreux liens avec la région de Uashat. Sa mère était originaire de la rivière Moisie, et il avait épousé une femme de la famille André (Andrew au Labrador) qui avait longtemps alterné entre les postes de traite de Uashat et de Sheshatshiu.

Sa fille ainée, la regrettée Shutit Pone, avait commencé á s’intéresser aux récits de son père déjá en 1963 alors qu’elle n’avait que 15 ans. Au cours de l’été 1967, elle traduisit en anglais plusieurs des récits recueillis auprès de son père.

SHUSHEP ASHINI

Shushep Ashini appartenait á une famille prestigieuse qui avait toujours été associée á Sheshatshiu. Son grand-père paternel, Tuma Ashini, était le chef des Innus du lac Melville dans les années 1860 et l’un de ses frères ainés, prénommé Atuan, avait lui aussi été chef pendant de nombreuses années.

Agé de 67 ans en 1967, Shushep Ashini jouissait d’une grande considération non seulement á cause de son age et de ses origines familiales mais aussi du fait qu’il avait épousé une veuve de la grande famille McKenzie qu’on connait chez les Innus sous le nom de Kauapishtikuanet-Mani. Il se trouve qu’elle était la mère du conteur Tanien Pone.

SHIMUN GRÉGOIRE

Shimun Grégoire, qui avait 61 ans en 1967, était un immigrant relativement récent au Labrador. Originaire du Québec, il avait toute sa vie fréquenté le haut-plateau de l’arrière-pays par la rivière Moisie á partir du poste de traite de Uashat. Il était arrivé dans le territoire de Sheshatshit avec femme et enfants en 1949. On comprend ainsi pourquoi il portait un nom de famille français.

SHANUT RICH

Shanut Rich, née Shanut Apinam, est la seule femme qui participa á l’enregistrement de récits á Sheshatshiu en 1967. Elle était par lá exceptionnelle, les conteurs chez les Innus étant par tradition des hommes. Elle n’avait alors que 35 ans, mais possédait déjá tout le talent des grands conteurs.

Originaire du nord du Labrador, sa famille appartenait au groupe de la rivière George qui alternait entre les postes de traite de Fort Chimo et de Davis Inlet. Elle avait émigré dans la région du lac Melville alors que Shanut était petite fille. Celle-ci avait éventuellement épousé á Sheshatshiu un autre immigrant de Davis Inlet, qui appartenait á la famille Rich.

SHUSHEP RICH

Près de la moitié des récits recueillis sous la direction de Matiu Rich á Sheshatshiu a été racontée par un cousin ainé de son propre père, Shushep Rich, aussi connu sous les noms de Joe Rich ou de Shushepish. Originaire de la région de Davis Inlet, ou il avait toujours vécu, Shushep Rich passait l’été de 1967 á Sheshatshiu ou il était installé sous la tente avec sa vieille épouse Akat. Réputé fin conteur et grand connaisseur de la culture innue, il semblait posséder un répertoire illimité de légendes et de récits historiques qu’il ne se fatigua jamais de partager avec les deux étudiants montréalais.

Textes rédigés par José Mailhot

 

Dernière révision: January 27, 2014

Questions et commentaires: innulang@mun.ca

Tout le matériel de ce site web est publié avec la permission de l'auteur.