Sheshatshiu-atanukana mak tipatshimuna
Mythes et récits innus du Labrador

Ces récits en langue innue ont été recueillis à Sheshatshiu au Labrador par Madeleine Lefebvre et Robert Lanari en 1967 et ont été récemment transcrits en orthographe normalisée dans le cadre du Labrador Innu Text Project, Memorial University of Newfoundland. Les livrets 1 et 2 ont été publiés sous le titre Sheshatshiu-atanukana mak tipatshimuna / Myths and Tales from Sheshatshit, 1 & 2. Les livrets 3 et 4 ne sont disponibles que sur ce site web.

En 1967, Madeleine Lefebvre et Robert Lanari étaient étudiants au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal. Leur professeur Rémi Savard venait alors de fonder le Laboratoire d’anthropologie amérindienne, un groupe de recherche qui s’intéressait à la littérature orale des Amérindiens du Québec. C’est ainsi qu’au cours d’un seul été, des mythes et légendes ont été enregistrés par ses étudiants chez les Innus de Sheshatshiu, chez les Naskapis et les Innus de Schefferville, de même que chez les Atikamekw d’Obedjiwan. Depuis, plusieurs des récits de la collection ont été traduits en français ou en anglais, et ont été rendus publics dans des thèses d’étudiants ou des livres. Ce n’est toutefois que dans les années 1990 que des linguistes, avec l’assistance d’Amérindiens alphabétisés, ont entrepris de mettre au point une version littéraire de ces textes dans leur langue originelle.

L’édition des 29 textes de la série Sheshatshiu-atanukana mak tipatshimuna a été réalisée par l’ethnolinguiste José Mailhot en collaboration avec de nombreuses personnes de langue innue. Il existait alors une transcription de l’ensemble des enregistrements de la collection qu’avait faite Etien Andrew sur traitement de texte. Dans le cadre du Labrador Innu Text Project, dirigé par Marguerite MacKenzie, une trentaine de textes ont été choisis pour l’édition. Joséphine Bacon en a amélioré les transcriptions à partir des enregistrements originaux alors que José Mailhot a normalisé l’orthographe et effectué une première opération de ponctuation et de découpage en paragraphes. La révision finale des textes a été réalisée par un comité multi-dialectal, composé de la regrettée Desneiges Mollen, Philomène Grégoire, Céline Bellefleur et Judith Mestokosho, travaillant sous la direction de l’ethnolinguiste.

Le comité d’édition avait le souci de produire des textes faciles à comprendre et qu’on aurait plaisir à lire. Gr´ce à la ponctuation et la disposition des éléments du texte, la narration a été clairement distinguée des dialogues et des apartés des conteurs. Dans certains cas, on a eu recours à un double – et même un triple – système de guillemets, qui permet de distinguer les différents niveaux du discours rapporté, caractéristique du style narratif innu. Le comité a aussi jugé pertinent d’éliminer les répétitions, les hésitations et les “faux départs” qui caractérisent les versions orales. Les textes présentés ici constituent donc une version littéraire des récits qui avaient été livrés par les conteurs en 1967.

 

Dernière révision: January 27, 2014

Questions et commentaires: innulang@mun.ca

Tout le matériel de ce site web est publié avec la permission de l'auteur.